• Séréna : le chant profond d'Inès Bacan

    Inés Bacán définit son chant comme : « une longue conversation avec moi-même, que parfois d’autres peuvent comprendre ».

    Pedro Soler à la guitare flamenca, et Gaspar Claus au violoncelle vagabond, sont Père et fils

     

    Lumière de la lune

     

     

    Les yeux noirs

    La Cantaora chante ici un cavalier, des yeux noirs, une mer vide, la mort comme souvent dans le flamenco mais aussi un texte écrit par son fils José Bacan : « Aquellos trenes » (ces trains) qui évoque la déportation des gitans.

     

     

     

    « A-WADe mon Pays .... »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Dimanche 26 Février à 20:35
    Marenostrum

    A donner des frissons!!!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :