• Chansons françaises

    << La chanson ça mélange des mots qui nous disent, qui nous  expliquent quelque chose, avec de la voix. De la voix qui ne se laisse pas comprendre mais entendre, écouter. Qui ne peut pas se définir mais qui se ressent. Qui ne donne pas de sens mais de l’émotion.  Les mots, la voix, et la musique, qui vient habiller le tout, indispensable pour que la chanson devienne fête, pour que le message devienne collectif.

    La chanson, c’est beaucoup de force quand elle porte tout ce que l’on est et beaucoup de doutes en même temps dans cette quête à être entendu. On se découvre beaucoup dans la façon dont on chante que dans ce que l’on chante. Car ce qui se transmet c’est avant tout du mystérieux, de l’insondable, de l’affectif. Comme s’il y avait entre la bouche de l’un et l’oreille de l’autre la certitude d’un secret. C’est ce plaisir là qu’apporte la chanson, pour soi d’abord, on est le premier à s’entendre, et pour l’autre en donnant du langage, en dédiant du langage. Chanter c’est toujours tenter d'aimer celui qui écoute, c’est peut-être pour ça que l’on dit que toutes les chansons sont des chansons d’amour. Alchimie populaire, mélange de sens et d’émotion. Lien entre le monde et l'individu entre l'intime et l'universel. >>  Rémo GARRY (Rémi GARRAUD) 

     

     

     

  •  

    L'éternel Féminin

    Juliette
     
    Dans mon sous-sol crasseux où brûlent mes fourneaux
    Où les âmes damnées grillent de bas en haut
    Regardez qui est là, qui attise les flammes
    Régnant sur les Enfers, le Diable est une femme !

    Rien d'étonnant à ça ! Des brunes jusqu'aux blondes
    Par elles sont advenus tous les malheurs du monde !
    Le Diable est une femme et vous vous en doutiez :
    La place d'une femme n'est elle pas au foyer ?

    Sur mon lit calciné
    Lascive et si cruelle
    Comment pour m'invoquer
    Faut-il que l'on m'appelle ?
    Mes diables et mes hommes
    Et Dieu même en personne
    Tout simplement me nomment :
    « Patronne »

    Depuis tant de prophètes, de savants vertueux
    L'équation est logique, c'est la preuve par deux !
    On l'a tant proclamé sur un ton formidable
    Le diable est une femme, les femmes c'est le diable

    Et qu'elles soient victimes ou qu'elles soient complices
    De leurs mâles et fils et de leurs maléfices,
    Frappez donc les premiers, talibans ordinaires
    Ces démons adorés car il faut les faire taire !

    Sur mon lit calciné
    Lascive et si cruelle
    Messieurs, venez m'aider
    A ôter mes dentelles
    Dans vos brûlants émois
    Ainsi que je l'ordonne
    Allez appelez moi
    « Patronne »

    Quel que soit le brigand il y a la corruptrice
    Consciente du pouvoir qui dort entre ses cuisses.
    Qui susurre les ordres et les avis funestes ?
    Vous, mes soeœurs les salopes, les putains et les pestes !

    Derrière chaque type sans foi, ni loi, ni âme
    Si vous cherchez le diable, vous trouverez la femme :
    La gueuse, la traîtresse, la garde, la sorcière
    La fille de Borgia et la maman d'Hitler…

    Sur mon lit calciné
    Lascive et si cruelle
    Je vous attends, venez
    Mes belles demoiselles
    Que votre dernier mot
    Que la vie abandonne
    Soit dans un soubresaut
    « Patronne »

    En attendant, je compte vos crimes et vos bassesses
    Tous vos pieux mensonges et vos histoires de fesses
    J'encourage le vice, je provoque des guerres
    Je dirige le monde et Dieu me laisse faire
     
    (* Un couplet censuré ?)

    Sur mon lit calciné
    Lascive et si cruelle
    Pour fêter vos péchés
    Je réponds à l'appel

    Et pour me faire venir
    D'une voix qui frissonne
    Il suffit de redire
    « Patronne ».
     
    Ce titre est extrait de l'album : Le Festin De Juliette  Année de sortie : 2004
     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    5 commentaires
  •  

    Vitalité de la Chanson Française

    Tout d'abord l'original, puis une reprise-Hommage à Brassens.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    3 commentaires
  •  

    Thomas Fersen est un auteur-compositeur-interprète français, né le 4 janvier 1963 à Paris.

    Il est notamment l'auteur des chansons La chauve-souris, Les malheurs du lion, Monsieur ou encore Deux pieds.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    4 commentaires
  •  

    Du temps où ils chantaient en duo ....... 1967

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire
  •  

    À cause d'elles est le 13e album studio d'Alain Souchon sorti en 2011. Il est constitué de reprises de comptines qui ont bercé l'enfance d'Alain Souchon, d'un inédit Le Jour et la Nuit coécrit avec Pierre Souchon et d'une nouvelle version de J'ai dix ans. L'album a été réalisé par Renaud Letang et illustré par Sempé.

    Pour cet album, Alain Souchon reverse sa part de droits discographiques à la Ligue contre le cancer  .

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    3 commentaires
  •  

    Assez ! est un album de Claude Nougaro, il sort en février 1980 sous le label Barclay

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    7 commentaires
  • Fils d’immigrés qui avaient fui l’Espagne de la guerre civile, à demi gitan par son père, Lény Escudero (clic) a vécu une vie d’ouvrier en bâtiment avant de monter sur scène. Aux paillettes, il préférait la discrétion et l’engagement. Auteur d’une extraordinaire chanson sur la Passion du Christ (La Grande Farce, en 1978), il a boudé les feux médiatiques pour parcourir le monde, bâtir une école au Dahomey, et chanter pour un public certes restreint, mais toujours fidèle.

    Il a écrit son autobiographie en deux tomes : "Ma vie n'a pas encore commencé" et "Le début ... la suite ... la fin".

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    9 commentaires
  •  

    Considéré comme l'un des plus grands mélodistes français, Hubert Giraud, né le 28 février 1920 à Marseille, est un parolier et compositeur français.

    Voir Wikipédia ? - clic

    En 1950, il s’allie avec Jean Dréjac qui va se révéler être l’un des plus talentueux auteurs de son époque. Ils écrivent la chanson-thème du film de Julien Duvivier Sous le ciel de Paris (1951). La chanson au titre éponyme est créée dans le film par Jean Bretonnière avant d’être reprise par Anny Gould. Mais cette œuvre va prendre une  dimension internationale et devenir une image emblématique de Paris et de la France grâce à des chanteurs qui vont la promener sur les scènes du monde entier : Les Compagnons de la chanson, Jacqueline François, Juliette Gréco, Yves Montand et Édith Piaf.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    2 commentaires
  •  

    Au terme d'une semaine fortement marquée par la "question" ou le "problème " des immigrés en Europe, je te propose cette chanson de Juliette NOUREDDINE née le 25 septembre 1962 dans le 17e arrondissement de Paris, Elle est une chanteuse, auteure et compositrice française. Le grand-père de Juliette, d'origine kabyle (Algérie), est arrivé en France dans les années 1920 ; son père, Jacques Noureddine, est saxophoniste

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique