• La Dame d'Aragon

     

    Une mélodie ancienne : Considérée comme l’une des chansons catalanes les plus anciennes, « La dama d’Aragó » est 

    inscrite au répertoire des chorales les plus réputées, comptant parmi les chants appris à l’école en Catalunya, c’est tout dire.

     

    Selon une tradition montagnarde, elle aurait été créée par un apprêteur de draps (un paraire), un ancien métier aujourd’hui disparu. Le paraire la chantait pendant les diverses opérations de préparation de la laine, depuis la tonte de la brebis jusqu’à ce que la laine soit filée et tissée : il faut ainsi l’apprêter, la laver, l’enduire, la démêler, la peigner, etc.

    Et ainsi l’on retrouve dans le texte de la chanson cette action de coiffer, mais il s’agit alors de coiffer la dame d’Aragon. 

     

    A Aragó hi ha una dama que és bonica com un sol.

    Té la cabellera rossa, li arriba fins als talons.

    Ai, amorosa Anna Maria, robadora de l'amor...

    Ai, de l'amor...

    Sa mare la pentinava amb una pinteta d'or.

    Sa tia els hi esclaria els cabells, de dos en dos.

    Ai, amorosa Anna Maria, robadora de l'amor... 

    Ai, de l'amor...

    Cada cabell una perla, cada perla un anell d'or.

    Cada anell d'or una cinta que li volta tot el cos.

    Ai, amorosa Anna Maria, robadora de l'amor... 

    Ai, de l'amor...

    Sa germana més petita li baixava el lligador;

    el lligador que li baixa és un floc de molts colors.

    Ai, amorosa Anna Maria, robadora de l'amor... 

    Ai, de l'amor...

    Son germà se la mirava amb un ull tot amorós.

    No fóssim germans, Maria, mos casaríem tos dos.

    Ai, amorosa Anna Maria, robadora de l'amor...

     Ai, de l'amor.. 

     En Aragon, il est une dame, belle comme un soleil à la chevelure blonde lui arrivant aux talons… Ah, amoureuse Anna Maria, victime de l’amour… Sa mère la coiffe avec un petit peigne d’or. Chaque cheveu est comme une perle, et chaque perle, un anneau d’or, un ruban qui lui entoure le corps. Sa sœur plus petite lui abaisse la coiffure, une houppe de 9 couleurs.

    Et qui est cette dame qui fait tant d’éclat ? Elle est la fille du roi de France, sœur du roi d’Aragon.

    Des historiens se sont penchés sur cette allusion à la monarchie catalano-aragonaise. La dame d’Aragon évoquée serait en réalité Isabel (1247-1271), sœur de Pere le Gran (Pierre III d’Aragon), fille de Jaume Ier « le Conquérant », roi d’Aragon, de Valence et de Majorque, et épouse du roi de France Philippe III « le Hardi », lui-même fils du roi Saint-Louis.

    Source : Journal des Mossétans N°73 P.19 

     

    Nuria Rial chante "La dama d'Arago"

     

     

    Et par l'Orchestre Gypsy Klesmer de Barcelone

    style musique des Balkans

     

     

    « Rondo VenezianoVoyage dans le temps 1965 (1) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    Mardi 2 Juillet 2013 à 08:19

    J'aime ces chansons anciennes...... Quand j'en aurai fini avec mon voyage dans le temps, je vous ferai partager mon plaisir d'écouter des airs médiévaux.....

    Gros bisous la Marmotte!

    2
    Mardi 2 Juillet 2013 à 15:51

    j'adore son chale peint !

    j'aime beaucoup les sonorités médiévales.

     le clavecin accompagné par la trompette et cette voix superbe

    merci pour le partage

    Bisous

    3
    Magon
    Dimanche 31 Mai 2015 à 09:10

    La robadora veut dire la voleuse. Marie de Montpellier, épouse de Pierre 1er d"Aragon a dû utiliser un stratagème pour que son mari l'honore. Elle s'est faite passer pour sa maîtresse en se glissant dans son lit dans l'obscurité, ainsi fut conçu Jaume 1er le Conquérant . Hypothèse possible. 

      

    4
    Dimanche 31 Mai 2015 à 09:27

    @ Magon : Merci pour cette approche

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :