• Motet "Singet dem Herrn ein neues Lied" : "Lobet den Herrn" BWV 225

     

    Ce motet est le plus célèbre des motets de Johann Sebastian Bach  , et une des œuvres pour chœur les plus complexes et techniquement difficiles, composées par Bach  . John Eliot Gardiner estime qu'il « défie la sensibilité, l'agilité et la résistance de n'importe-quel chœur »  .

    Wolfgang Amadeus Mozart, lors de son passage à Leipzig en 1789 fut très fortement impressionné à l'écoute de ce motet. Friedrich Rochlitz relate   : « Le chœur avait à peine chanté quelques mesures que Mozart se leva, stupéfait. Quelques mesures encore, et Mozart s'exclama : « Mais qu'est-ce donc que cela ? ». Son âme sembla alors se rétracter toute entière entre ses oreilles. Quand le motet fut terminé il cria, plein de joie : « Enfin une œuvre où je peux apprendre quelque chose ! » ». Mozart ne voulut pas partir avant d'avoir pu examiner les partitions, à genoux, étalant les différentes parties à terre et sur les chaises autour de lui, et ne se releva pas avant d'avoir pu tout étudier complètement  .....

    .......

    Selon John Eliot Gardiner, ce motet renoue avec les racines du christianisme ancien, où la danse était non seulement autorisée mais aussi encouragée pour prier et adorer le Christ. Clément d'Alexandrie invoquait la nécessité, à la fin de la prière, d'« élever nos mains et nos têtes jusqu'aux cieux, et d'exercer nos pieds (pedes exitamus) pour le délice de l'esprit. »  . Cela rejoint également la notion d'effervescence collective d'Émile Durkheim, un des fondements sociaux de la religion, fondée sur la passion et l'extase  .

    En effet, ce motet est une des œuvres vocales les plus dansantes et euphorisantes de Bach. Par l'écriture, la complexité du contrepoint, des oppositions, Bach arrive à donner véritablement l'impression que tous les instruments sont invoqués pour louer le Seigneur, mais aussi les percussions, par un usage judicieux des consonnes de l'allemand  . La fugue finale du motet, quant à elle, figure une sorte de transe spirituelle  , qui réunit en un seul les deux chœurs jusqu'ici séparés. in Wikipédia

    https://youtu.be/0OVsV6dm5dg

     

     

    « SCHUBERT TriosLa Nuit de la Voix et Simon Pierre Bestion »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 27 Mars 2016 à 10:07
    Marenostrum

    Une transe spirituelle....chez Jean Baptiste??? Alors ça!! Je vais écouter plus attentivement!

    Bonne journée Madame

    2
    Dimanche 27 Mars 2016 à 12:16

    Bonjour ma Françoise

    Je te souhaite de joyeuses fêtes de Paques

    Gros gros bisous et douce journée

    Frieda

    3
    Lundi 28 Mars 2016 à 09:32

    dansant, oui, et aérien, merci Marmotte ainsi que pour l’anecdote touchante

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :